Skip to content

Monthly Archives: August 2015

Économie horizontale : Ubérisation de la société …

Petite pensée du jour, précédée d’un petit coup de gueule, pas si petit que ça :)

Coup de Gueule

Tous ces débats “Taxi contre UberPop” sont assez fous, les premiers craignent pour leurs emplois depuis que les VTC se sont popularisés, et il y avait déjà des tensions avec LeCab et Chauffeur-Privé bien avant qu’arrive UberX. Et finalement ces nouveaux concurrents seraient presque acceptables maintenant que UberPop et Heetch proposent des tarifs aussi réduits que leurs prestations.

Je suis d’abord assez surpris qu’un des arguments soit le prix d’acquisition des licences de taxi, à l’origine gratuite, l’augmentation successive de leurs prix a bien arrangé les taxis eux-mêmes pour contribuer au financement de leurs retraites (sous forme de capitalisation au passage), et a ensuite arrangé la collectivité, puisque je crois avoir lu que des sortes de frais de mutation était collectés au passage. Mais soyons honnête, le fait que le cédant puisse choisir l’acquéreur est un système qui n’aide pas la situation, incitant entre-autres, à probablement passer une partie du coût de la licence par un accord de la main à la main…

Mais je m’éloigne du sujet, comme beaucoup d’autres secteurs économiques, savoir protester en groupe change véritablement la donne, indépendamment du fait de savoir où se trouve, sur le fond, le curseur entre revendication légitime et évolution du marché.  Si un modeste indépendant du “numérique” fait un investissement de plusieurs dizaines de milliers d’euros, et que, quelques temps plus tard, il a l’impression que son investissement se dévalorise, quelque soit les arguments (concurrence déloyale, manque de règles européennes/internationales, évolution du marché, …), il se retrouve seul et il peut difficilement demander une réunion d’urgence au ministère concerné, en demandant l’application de nouvelles règles ou de nouvelles aides… Et il serait assez amusant de voir les conséquences si il tentait de bloquer une entrée ou une sortie de périph pour protester…

Je ne m’étendrais pas non plus sur l’idée reçue, probablement justifiée majoritairement par les faits, que les Taxi ont très longtemps cherché à créer un besoin, entrainant une réponse du marché. Souvent, il m’a fallu, même récemment, devoir convaincre le taxi pour me prendre, il ne marque pas l’arrêt, il ralenti, baisse légèrement sa vitre, et demande notre destination. Une fois cet étape franchie, osez dire que vous souhaitez payer par CB, en toute sincérité, à moins de commander un G7 depuis son mobile, après la nuit tombée, une grande majorité de taxi en maraude vous indique ne pas pouvoir ou vouloir prendre la CB.

Et pour clore ce coup de gueule, j’ajoute aussi que “pas de chance” mon historique professionnel m’a fait travailler dans des entreprises qui ne pouvaient pas faire leurs CA autrement qu’avec des paiements électroniques, donc où il n’existe pas de “caisse noire”… Et c’est finalement pas un mal, il est malheureusement humain d’être tenté par ce type d’opportunité, et il est certain que les Taxis n’échappent pas à la tentation, tout comme nos chers amis de la restauration, les boulangeries / pâtisseries, les auto-écoles, les boutiques en bord de plage… et j’en passe :) Le coté vertueux des services comme UberPop, UberX, Chauffeur-Privé, LeCab, … c’est que toutes les transactions sont numériques, et il est impossible de faire du “black” sans pouvoir-être, par recoupement, redressé…

Profitons du savoir-faire de l’omniprésence administrative de la France

J’ai d’abord utilisé BlaBlaCar, puis Drivy, et enfin Heetch (j’ai pas essayé UberPop – il a fermé avant que j’en ai eu l’idée).

Un des arguments majeurs contre UberPop, valable pour tous ces autres services d’économies “collaboratives”, c’est que le “partage horizontal” des prestations de service est orchestré/centralisé par des sociétés qui sont notoirement connues. Mais que le particulier, ou l’auto-entrepreneur cumulant des revenus, aussi bas soient-ils, aura tendance à ne pas déclarer tout ça…

Et je propose quelque chose de “simple” : Il devient donc facile d’imposer des agréments, imposant à ces services de :

  • Collecter l’impôt, en appliquant un prélèvement libératoire avant reversement.
  • Reverser les fonds sur des comptes bancaires dans le même état où le service est rendu
  • Plafonner les revenus perceptibles en fonction du statut légal du travailleur : particulier, auto-entrepreneur, ou encore indépendant.

Voilà mon idée du jour…